Menu mobile
RSS

Protection de l'image des policiers : une interview pour tenter d'y voir clair

mercredi 02 décembre 2020
Droit de l'image Droit de l'internet Droit de la presse

En voulant surprotéger les policiers, au moment même où des violences policières choquantes s'enchaînaient, le gouvernement s'est empêtré dans un bourbier dont il n'arrive pas à sortir.

Le texte voté, à savoir l'article 24 de la loi dite de sécurité globale, a suscité de telles critiques que l'Exécutif s'est engagée à le ré-écrire, tâche qui incombe pourtant au Parlement et à lui seul.

Pourquoi le texte était critiquable ? Quelles sont les pistes pour en sortir ?.

Christophe Bigot a tenté de décrpyter les enjeux le 1er décembre dans une interview publié sur le site de l'hebdomadaire Le Point.

Selon lui,

"Il faut, d'une part,  limiter l'application du texte aux cas d'exhortations expresses à porter atteinte à l'intégrité physique ou psychique des forces de l'ordre ; d'autre part, mettre en place des garanties pour éviter une utilisation dévoyée entraînant gardes à vue abusives, saisies iniques de matériels ou d'enregistrements". 

Retrouvez l'intégralité de l'interview sur le site du Point.

« Retour